Choisit on sa vie ?



  • Voila c’est pour reprendre la discussion initiée avec @MrsRakoon dans le topic en FL.

    la vie réelle on en choisit pas vraiment les paramètres, on choisit pas vraiment notre travail car lié à nos études et expériences (ou alors c’est difficile et long de changer), on choisit pas notre lieu d’habitation car lié à notre travail, on ne choisit pas nos fréquentations car liés à notre lieu d’habitation (bien sur on choisit localement mais on peut pas fréquenter une personne à l’autre bout du pays et on choisit rarement une personne d’un autre cadre social).

    Voila ci dessus ce que j’avais dit et qui avait enclenché un petit débat.

    Je pense que dans notre société il y a un fort déterminisme social.

    Naissance :
    On a déja pas les mêmes chances dans la vie suivant le statut social de nos parents et notre lieu ou on grandit.
    Dés notre naissance un certain nombre de paramètre est déja fixé. On en profite pour saluer Pierre Bourdieu qui a explicité ça en détail…

    Etude :
    On fait pas les étude qu’on peut, on sort d’un système scolaire fabricant des bons et des mauvais (cf. le concept de constante macabre explicité par Franck Lepage), le système se veut plujs ou moins égalitaire mais se révèle élitiste, t’as pas le bon dossier, t’as pas les revenus nécessaires, adios les études supérieures.

    Travail :
    Le travail est une conséquence des études. Si t’as un diplome d’ingénieur à 23 ans, c’est bon t’auras une paye d’ingénieur jusqu’à la retraite. T’as que un diplome de technicien, paye de technicien jusqu’à la retraite. Il est très difficile de monter les échelons, une fois que t’es dans ta case bonne chance pour bouger.

    Lieu de vie :
    Le lieu est lié au travail, quand une activité nous occupe plus de 35 heures par semaines forcément on peut pas trop s’en éloigner.

    Loisirs :
    Les loisirs possibles la on a plus ou moins le choix… encore que, c’est lié au lieu et au pouvoir d’achat. En effet, impossible pour un passioné de planche à voile de pratiquer son activité en Corrèze. Et impossible de dépenser des millions en activité quand on est au smic.

    Fréquentations :
    On sort rarement de son petit cercle social. On parle avec les mêmes personnes, du même milieu, et qui habite pas loin (sauf relations internet ou la distance est annulée).



  • Yes cool, merci d’avoir déplacé mon hors sujet ^^

    Si certains voulaient débattre, en gros je disais que malgré le déterminisme social, chacun a la possibilité de faire ce qu’il veut de sa vie

    On peut choisir un travail différent de celui de notre famille, fréquenter des gens hors travail etc
    Perso c’est mon cas, j’ai appris assez jeune à ne pas suivre la voie tracée car je l’avais fait au lycée et j’en étais pas heureuse
    Je suis pas allée en prépa même si j’étais prise pour faire des études de psycho, maintenant que mes études touchent à leurs fins je pense explorer d’autres domaines
    Je n’ai aucun ami de la fac (pourtant j’y suis depuis 6 ans) mes amis je les ai rencontrés ailleurs



  • Je pense qu’on ne choisit pas sa vie dans les grandes lignes, bien sur certaine décisions sont faites de notre propre chef, mais elles sont toutes conditionnées par X ou Y.


  • Animateurs

    De mon coté je suis d’accord avec @Carcha : meme si on peut réussir a orienter sa vie dans la direction que l’on souhaite, il y a beaucoup de choses qu’on ne peut pas controler. Réussir a avoir par exemple le job que l’on veut a l’endroit ou on veut n’est pas donné a tout le monde, que ce soit par l’acces aux études, ou par la difficulté de trouver du travail dans beaucoup de mileux, encore plus si on vise un lieu précis.



  • @MrsRakoon a dit dans Choisit on sa vie ? :

    Yes cool, merci d’avoir déplacé mon hors sujet ^^

    Si certains voulaient débattre, en gros je disais que malgré le déterminisme social, chacun a la possibilité de faire ce qu’il veut de sa vie

    On peut choisir un travail différent de celui de notre famille, fréquenter des gens hors travail etc
    Perso c’est mon cas, j’ai appris assez jeune à ne pas suivre la voie tracée car je l’avais fait au lycée et j’en étais pas heureuse
    Je suis pas allée en prépa même si j’étais prise pour faire des études de psycho, maintenant que mes études touchent à leurs fins je pense explorer d’autres domaines
    Je n’ai aucun ami de la fac (pourtant j’y suis depuis 6 ans) mes amis je les ai rencontrés ailleurs

    En fait, oui, on peut sortir du déterminisme social.
    Mais ça demande une volonté propre et parfois du talent.
    Du coup statistiquement c’est rare.



  • @Carcha a dit dans Choisit on sa vie ? :

    @MrsRakoon a dit dans Choisit on sa vie ? :

    Yes cool, merci d’avoir déplacé mon hors sujet ^^

    Si certains voulaient débattre, en gros je disais que malgré le déterminisme social, chacun a la possibilité de faire ce qu’il veut de sa vie

    On peut choisir un travail différent de celui de notre famille, fréquenter des gens hors travail etc
    Perso c’est mon cas, j’ai appris assez jeune à ne pas suivre la voie tracée car je l’avais fait au lycée et j’en étais pas heureuse
    Je suis pas allée en prépa même si j’étais prise pour faire des études de psycho, maintenant que mes études touchent à leurs fins je pense explorer d’autres domaines
    Je n’ai aucun ami de la fac (pourtant j’y suis depuis 6 ans) mes amis je les ai rencontrés ailleurs

    En fait, oui, on peut sortir du déterminisme social.
    Mais ça demande une volonté propre et parfois du talent.
    Du coup statistiquement c’est rare.

    Je pense que la volonté c’est le plus important de tout
    Faire les choses par passion aussi
    Quand on veut faire qqch parce qu’on kiffe et qu’on se fait assez confiance pour se lancer, ça marche !



  • @Carcha a dit dans Choisit on sa vie ? :

    @MrsRakoon a dit dans Choisit on sa vie ? :

    Yes cool, merci d’avoir déplacé mon hors sujet ^^

    Si certains voulaient débattre, en gros je disais que malgré le déterminisme social, chacun a la possibilité de faire ce qu’il veut de sa vie

    On peut choisir un travail différent de celui de notre famille, fréquenter des gens hors travail etc
    Perso c’est mon cas, j’ai appris assez jeune à ne pas suivre la voie tracée car je l’avais fait au lycée et j’en étais pas heureuse
    Je suis pas allée en prépa même si j’étais prise pour faire des études de psycho, maintenant que mes études touchent à leurs fins je pense explorer d’autres domaines
    Je n’ai aucun ami de la fac (pourtant j’y suis depuis 6 ans) mes amis je les ai rencontrés ailleurs

    En fait, oui, on peut sortir du déterminisme social.
    Mais ça demande une volonté propre et parfois du talent.
    Du coup statistiquement c’est rare.

    En fait avec ton message je viens de comprendre qu’on s’est peut être pas compris sur l’idée de choix
    Je ne dis pas que tout le monde peut obtenir tout ce qu’il veut, mais que tout le monde peut choisir ou il va

    Imaginons un jeune de famille d’ouvrier, sa voie tracée sera peut être de suivre le chemin parental
    Il en a pas envie, il rêve d’être humoriste
    Il a le choix de suivre une voix sécure mais qui le fait pas rêver ou son rêve mais si il a pas le talent il va se planter
    Il a le choix, si il choisit d’essayer l’humour et qu’il se plante, ouais il va connaître des moments de galère mais il aura choisi sa vie, il aura choisi que son rêve est assez important et que ça vaut la peine de galérer et de même pas avoir de quoi payer son loyer
    Il peut persévérer ou découvrir plein de nouvelles voies via ses rencontres et expériences

    En fait j’ai l’impression que vous voyez ça comme : ah bah non si il est pas drôle, il a pas le choix, il sera ouvrier
    Peut importe son talent il peut choisir de se lancer dans l’humour
    Choisir n’est pas synonyme de réussir

    Un mec au RSA parce que tous les boulots proposés l’intéressent pas, il a choisi de ne pas travailler car ce qu’on lui propose ne l’intéresse pas


  • Animateurs

    @MrsRakoon a dit dans Choisit on sa vie ? :

    il aura choisi que son rêve est assez important et que ça vaut la peine de galérer et de même pas avoir de quoi payer son loyer

    Ben oui mais comment tu fais si tu ne peux pas payer ton loyer et tes courses? :hum:



  • Ah bah la évidemment.

    Le fils d’ouvrier qui veut faire des grandes études, il va bien travailler à l’école et il va aller en prépa et tout.

    Sauf qu’il a pas eu le même bagage que le fils de prof ou le fils de cadre, il a un handicap, il va échouer sa prépa alors que si il était d’un autre milieu sans doute aurait il était armé pour la réussir…

    Tout le monde peut se choisir un projet de vie mais tout n’est pas atteignable avec la même facilité.



  • @Silmaril a dit dans Choisit on sa vie ? :

    @MrsRakoon a dit dans Choisit on sa vie ? :

    il aura choisi que son rêve est assez important et que ça vaut la peine de galérer et de même pas avoir de quoi payer son loyer

    Ben oui mais comment tu fais si tu ne peux pas payer ton loyer et tes courses? :hum:

    Tu peux vivre sur le RSA
    J’avais écouté pas mal d’interview d’humoristes (pas pour rien que je choisis cet exemple) qui disaient que pendant des mois voir des années ils dormaient chez un pote différent chaque soir parce que leurs scènes leurs rapportaient que dalle
    Ou certains faisaient des jobs alimentaires en se laissant du temps libre pour bosser leurs sketchs et faire des scènes

    Mais tous avaient le choix de se dire : soit “j’en ai marre de cette galère, je me prends un travail avec salaire fixe” soit “même si c’est stressant et que je galère je persiste parce que ça en vaut la peine et un jour ça marchera”
    La plupart des artistes issus de milieux différents ont vécu ça, personne n’y arrive du 1er coup



  • @Carcha a dit dans Choisit on sa vie ? :

    Ah bah la évidemment.

    Le fils d’ouvrier qui veut faire des grandes études, il va bien travailler à l’école et il va aller en prépa et tout.

    Sauf qu’il a pas eu le même bagage que le fils de prof ou le fils de cadre, il a un handicap, il va échouer sa prépa alors que si il était d’un autre milieu sans doute aurait il était armé pour la réussir…

    Tout le monde peut se choisir un projet de vie mais tout n’est pas atteignable avec la même facilité.

    Evidemment, en fonction de ton milieu d’origine tu vas plus ou moins galérer

    Mais un fils d’ouvrier peut très bien réussir sa prépa voir même mieux qu’un fils de prof


  • Animateurs

    @MrsRakoon oui je vois ce que tu veux dire, on peut choisir ses priorités dans la vie, et vivre dans la galere si on pense que ca vaut le coup.

    Ca n’empeche que meme dans ces cas-la, ce n’est pas parce qu’ils en ont la volonté et qu’ils se mettent en galere qu’ils arriveront a avoir le boulot qu’ils veulent au final, oú ils veulent, et leur vie revée (et je doute qu’ils passent un supers moments a devoir squatter chez des potes pour joindre les deux bouts pendant des années). Et ca ne marche que dans les pays qui ont des aides sociales, aussi, ce genre de fonctionnement. Ca ne marche aussi que lorsqu’on est seuls et qu’on a personne d’autre a prendre en compte dans l’equation (la aussi un choix, effectivement).

    Mais je suis d’accord sur le fait qu’en se donnant du mal, et en ayant potentiellement une vie de merde pendant un temps, on peut parvenir a se rapprocher du mode de vie qu’on voudrait avoir. Je ne reste cependant pas convaincue que la majorité des gens puisse parvenir a atteindre completement leur objectif, notamment parce qu’on reste dépendants du marché de l’emploi, et des opportunités offertes selon le lieu ou le réseau.



  • @Silmaril a dit dans Choisit on sa vie ? :

    @MrsRakoon oui je vois ce que tu veux dire, on peut choisir ses priorités dans la vie, et vivre dans la galere si on pense que ca vaut le coup.

    Ca n’empeche que meme dans ces cas-la, ce n’est pas parce qu’ils en ont la volonté et qu’ils se mettent en galere qu’ils arriveront a avoir le boulot qu’ils veulent au final, oú ils veulent, et leur vie revée (et je doute qu’ils passent un supers moments a devoir squatter chez des potes pour joindre les deux bouts pendant des années). Et ca ne marche que dans les pays qui ont des aides sociales, aussi, ce genre de fonctionnement. Ca ne marche aussi que lorsqu’on est seuls et qu’on a personne d’autre a prendre en compte dans l’equation (la aussi un choix, effectivement).

    Mais je suis d’accord sur le fait qu’en se donnant du mal, et en ayant potentiellement une vie de merde pendant un temps, on peut parvenir a se rapprocher du mode de vie qu’on voudrait avoir. Je ne reste cependant pas convaincue que la majorité des gens puisse parvenir a atteindre completement leur objectif, notamment parce qu’on reste dépendants du marché de l’emploi, et des opportunités offertes selon le lieu ou le réseau.

    Et c’est là que je disais que choisir sa vie ne veut pas dire que tu vas réussir à avoir tout ce que tu veux
    Mais à chaque moment de ta vie, quand plusieurs voies s’offrent à toi tu es décisionnaire

    Effectivement ça devait pas être le top de squatter à droite ou à gauche, mais ils en parlent plutôt avec la fierté du “j’ai pas lâché et j’ai fini par réussir”
    Il y a une citation aussi qui dit “être libre et heureux c’est faire ce qu’on a choisi de faire en acceptant pleinement les conséquences désagréables de ses choix”

    J’adhère beaucoup au discours d’un mec qui s’appelle Navo, pour résumer justement il est persuadé que tout le monde peut vivre sa vie rêvée à une condition : faire toujours de son mieux
    En gros il disait qu’il ne croit pas que certains ont plus de chances que d’autres : il dit que personne n’est Gontran ou Donald Duck, et que tout le monde aura un jour de la chance, et que si tu fais de ton mieux tous les jours, le jour ou la chance frappe à ta porte tu pourras la saisir, et il dit que la 2ème condition c’est de ne jamais se décourager et persévérer
    Ce mec qui a passé son enfance en cité et qui a arrêté l’école à 16 ans, il a essayé de monter son groupe de rap, ça a pas décollé, il a essayé d’écrire des sketch, a galéré pendant des années jusqu’à ce qu’il écrive la série Bref qui lui a ouvert toutes les portes
    Aujourd’hui il a le luxe d’être auteur et d’écrire que pour qui il veut et de bosser quand il veut
    Et il est persuadé que son parcours c’est pas un miracle mais que tout le monde en est capable



  • @MrsRakoon c’est un point de vue auquel j’adhère, et pour tout un tas de raisons deja expliquées ailleurs sur le fofo, la chance, parfois, on la provoque. Le plus difficile est de ne pas détourner le regard de l’objectif, peu importe les détours.



  • @Piotr-von-Rorschach a dit dans Choisit on sa vie ? :

    @MrsRakoon c’est un point de vue auquel j’adhère, et pour tout un tas de raisons deja expliquées ailleurs sur le fofo, la chance, parfois, on la provoque. Le plus difficile est de ne pas détourner le regard de l’objectif, peu importe les détours.

    Oui c’est 100% ça
    Je trouve que Navo explique très bien avec : travaille à fond ton objectif tous les jours, comme ça le jour où tu as de la chance, tu pourras la saisir

    Personne n’est malchanceux tous les jours de sa vie



  • Je pense qu’en fait plutôt que de savoir qui a raison on tort c’est plutôt des façons de voir les choses, des philosophies de vie
    Pour ceux que ça intéresseraient, j’ai changé ma vision du monde en partie grâce à la découverte des podcasts de nouvelle école
    Je suis loiiiiin d’avoir tout écouté mais le point commun de tous ceux que j’ai écouté c’est qu’ils ne se considèrent pas plus chanceux ou talentueux que les autres mais plus persévérants et passionnés

    Je partage juste celui de Navo qui a été pour moi une révélation



  • @MrsRakoon Amusant que tu aies pris ce chemin pour avoir cette réflexion. Le théâtre, j’ose le dire, m’a sauvé la vie, la rencontre des autres. D’accepter ce qu’ils proposaient même si c’était totalement inattendu, ça a été et c’est toujours une formidable école. Quand je serai dans de bonnes dispositions, je prendrai le temps d’écouter attentivement. Merci.


  • Animateurs

    @MrsRakoon a dit dans Choisit on sa vie ? :

    c’est qu’ils ne se considèrent pas plus chanceux ou talentueux que les autres mais plus persévérants et passionnés

    Mais en fait sur le fond je suis d’accord avec toi, et ce que tu dis est totalement vrai dans mon parcours personnel par exemple. J’entends beaucoup de gens autour de moi dire qu’ils ne bossent plus dans mon milieu car c’est bouché, mais moi j’ai réussi de mon coté, non pas parce que je suis particulierement brillante dans le domaine, mais surtout parce que je n’ai jamais laché, quitte a faire des boulots précaires, a avoir deux loyers, ou a changer de pays. Mais je suis consciente aussi que si j’ai pu faire ca, c’est au départ grace au soutien de mes parents pendant mes 1eres années d’étude (ce que tout le monde n’a pas). Je pense aussi d’un autre coté que si j’avais été issue d’un autre milieu social, ou si j’avais pu aller dans une bonne université comme Paris, par exemple, j’aurais probablement aujourd’hui un meilleur bagage professionnel et de meilleurs perspectives d’avenir.



  • @Piotr-von-Rorschach a dit dans Choisit on sa vie ? :

    @MrsRakoon Amusant que tu aies pris ce chemin pour avoir cette réflexion. Le théâtre, j’ose le dire, m’a sauvé la vie, la rencontre des autres. D’accepter ce qu’ils proposaient même si c’était totalement inattendu, ça a été et c’est toujours une formidable école. Quand je serai dans de bonnes dispositions, je prendrai le temps d’écouter attentivement. Merci.

    Justement comme tu disais je pense qu’on provoque la chance
    Récemment j’ai voulu me lancer dans l’écriture alors que je fais des études qui ont rien à voir
    Mais j’ai commencé, je me suis investie et je sais même plus comment je suis tombé la dessus mais c’est tellement inspirant, après l’avoir écouté tu te sens capable de soulever des montagnes
    Je suis allée écouter d’autres podcasts du même style et c’est hyper important de recevoir ce genre de discours, inspirant et motivant



  • @Silmaril a dit dans Choisit on sa vie ? :

    @MrsRakoon a dit dans Choisit on sa vie ? :

    c’est qu’ils ne se considèrent pas plus chanceux ou talentueux que les autres mais plus persévérants et passionnés

    Mais en fait sur le fond je suis d’accord avec toi, et ce que tu dis est totalement vrai dans mon parcours personnel par exemple. J’entends beaucoup de gens autour de moi dire qu’ils ne bossent plus dans mon milieu car c’est bouché, mais moi j’ai réussi de mon coté, non pas parce que je suis particulierement brillante dans le domaine, mais surtout parce que je n’ai jamais laché, quitte a faire des boulots précaires, a avoir deux loyers, ou a changer de pays. Mais je suis consciente aussi que si j’ai pu faire ca, c’est au départ grace au soutien de mes parents pendant mes 1eres années d’étude (ce que tout le monde n’a pas). Je pense aussi d’un autre coté que si j’avais été issue d’un autre milieu social, ou si j’avais pu aller dans une bonne université comme Paris, par exemple, j’aurais probablement aujourd’hui un meilleur bagage professionnel et de meilleurs perspectives d’avenir.

    Oui ton exemple est illustratif, justement Navo (oui c’est mon gourou) dit aussi que ceux qui persévèrent finissent par y arriver car ceux qui lâchent l’affaire te laissent leur place alors que dans le lot y’en a même qui avaient peut être plus de talent

    Après je pense que tu aurais pu y arriver sans l’aide de tes parents
    Je remarque même que souvent ceux qui doivent se démerder seuls sans l’aide de personne se mettent direct en mode guerriers
    Alors que ceux qui sont aidés et entourés, pourraient plus vite lâcher car habitués à la facilité
    Je caricature bien sûr, mais c’est pour montrer que la volonté suffit à tout


Log in to reply