Maurice



  • <<J’habite et je suis née à l’île d’Oléron, depuis toujours nous avons eu un poulailler bien avant qu’une résidence se construise derrière notre mur.

    Depuis une dizaine d’années, deux maisons se sont également accolées derrière notre mur et sur les deux voisins, un seul (qui ne vient que trois fois par an) ne supporte entendre le chant de notre coq Maurice qui sert à la reproduction.

    Nous avons été contactés par ces gens pour nous demander de faire taire notre coq donc nous avons atténué le chant du coq en le renfermant le soir dans le noir dans sa cabane, isolé par des cartons épais pour atténuer le bruit vers 21h30 l’été et de lui ouvrir le matin vers 8h30.

    Le chant est moins fort en étant dedans mais ce voisin nous a affirmé par courrier que le chant démarrait à 4h du matin ce qui est faux !

    Je suis resté éveillée exprès à côté du poulailler pour constater, je n’ai rien entendu !

    Ces gens nous ont envoyés un recommandé par la poste une assistance juridique avec des lois pour faire cesser ces nuisances qui risquait à leur santé.

    J’ai demandé à la mairie d’intervenir, ils sont parfaitement au courant et m’ont conseillé de ne pas en tenir compte ce sont des mauvais coucheurs.

    La SPA aussi m’a même conseillé de ne pas en tenir compte.

    J’ai fais le tour du voisinage et tous les voisins sont au courant et m’approuvent en me disant qu’il ne faut pas abandonner !

    Ces gens la ne sont là que pour leur vacances donc tout le quartier me donne raison.

    Que doit-on interdire ? le chant des tourterelles, le cri des mouettes ?

    Nous sommes sur une île, les oiseaux tous les matins qui gazouillent ?

    Les cloches qui sonnent ?

    Signez la pétition pour sauver notre coq Maurice !>>



  • <<
    Le conflit de voisinage lié au chant matinal d’un coq sera étudié jeudi par le tribunal de Rochefort. Vent debout, le maire de Gajac veut faire classer les bruits de la campagne au “patrimoine national”.

    Jeudi matin, au tribunal d’instance de Rochefort (Charente-Maritime), la justice examinera l’affaire du coq Maurice, sujet d’un litige entre sa propriétaire et des voisins à Saint-Pierre-d’Oléron, qui lui reprochent de chanter de trop bon matin.

    Nuisances sonores à Oléron : le coq Maurice aura droit à un procès

    Bruno Dionis du Séjour, maire de Gajac en Gironde (400 habitants), lance lui un cocorico d’alerte : dépité de voir des ruraux traînés en justice pour le braiment des ânes, le meuglement des vaches ou le chant du coq, il veut faire classer les bruits de la campagne au “patrimoine national”.

    L’édile a profité du Grand Débat national pour publier une lettre ouverte défendant les bruits de la campagne, que certaines personnes, “d’origine urbaine pour la plupart”, “découvrent comme le sot découvre que les oeufs ne se cueillent pas sur les arbres”. Son but ? Que le coq chante, la cloche de l’église résonne, le chien aboie et l’oiseau pépie en toute liberté, “sans qu’aucun procès ne puisse à compter de ce jour leur être intenté”.

    “Dès que vous attaquez les cloches, vous attaquez tout un village […] C’est une humiliation pour le campagnard de passer en justice à cause de quelqu’un qui vient de l’extérieur. Moi quand je vais en ville, je ne demande pas qu’on enlève les feux rouges et les voitures… J’ai été éleveur pendant 40 ans et je supporte mal qu’il y ait des procès contre les agriculteurs, qui entretiennent l’espace paysager français. Je ne vois pas l’intérêt de leur reprocher que leurs vaches meuglent trop”. Bruno Dionis du Séjour, maire de Gajac
    “Et les grenouilles, pourquoi croassent-elles ? Pour se reproduire ! Tout le monde est pour la biodiversité et les animaux n’auraient pas le droit de se reproduire tranquillement…”, ajoute le maire. En 2016 pourtant, un couple de Périgourdins s’était vu condamné à combler sa mare après avoir été assigné en justice par des voisins.

    Demain les mouettes ?

    L’initiative de Bruno Dionis du Séjour a vite fait grand bruit. En quatre jours, plus de 150 courriels de soutien sont parvenus à la commune, de partout en France. Même si l’édile ne sait pas exactement comment un tel “patrimoine national” pourrait être constitué légalement. Pierre Morel-à-L’Huissier, député d’un des départements les plus ruraux de France, la Lozère, va creuser le sujet :

    “Je regarde ce qu’on peut demander au ministère de la Culture en la matière et, si les procédures législatives ou réglementaires en vigueur ne sont pas suffisantes, je proposerai une extension juridique” en ce sens. Pour lui, ces bruits sont “un cadencement de la vie”. La ruralité, c’est 365 jours sur 365, des gens y vivent et essaient de gagner leur vie. Ce qui est insupportable c’est que des personnes qui n’en sont pas originaires veulent imposer leur conception au détriment de la vie rurale". Pierre Morel-à-L’Huissier, député de Lozère

    Procès reporté…



  • Je sais que certains se plaignent qu’il y a du sable sur la plage, ça reste une perle on va dire.
    Mais, “on” va jusqu’au procès parce que “on” est embêté 3 fois par an par un bruit de coq à la campagne.
    .
    Où va nous ???


Log in to reply