Pupille



  • text alternatif

    Théo est remis à l’adoption par sa mère biologique le jour de sa naissance. C’est un accouchement sous X. La mère à deux mois pour revenir sur sa décision…ou pas. Les services de l’aide sociale à l’enfance et le service adoption se mettent en mouvement. Les uns doivent s’occuper du bébé, le porter (au sens plein du terme) dans ce temps suspendu, cette phase d’incertitude. Les autres doivent trouver celle qui deviendra sa mère adoptante. Elle s’appelle Alice et cela fait dix ans qu’elle se bat pour avoir un enfant. PUPILLE est l’histoire de la rencontre entre Alice, 41 ans, et Théo, trois mois.



  • J’avais vu l’interview des actrices dans Quotidien, vu la bande-annonce à ce moment et je l’avais trouvé très intéressante. J’ai finalement vu le film et le sentiment d’intérêt n’a fait que croître durant tout le visionnage.
    Ce parcours je le découvre, il est peut-être vulgarisé (mais de très peu je pense), les différentes étapes sont retranscrites avec richesse. On comprend voire on se met sans mal dans la peau des différents protagonistes, de la jeune mère dépassée en passant par les services sociaux, à cette mère patiente et inespérée pour cet enfant né sous le secret. Le film peu paraître lent, mais fait écho ces longues années nécessaire pour être parent adoptif, je n’ai pas vu le temps passé tant on entre dans la vie de ses personnages qu’on accompagne tout du long.

    Les acteurs sont tous excellents !

    La fin

    Cette fin est poignante et laisse espérer à ce petit Théo/Mathieu une vie de bonheur après une entrée malheureuse dans celle-ci. Elodie Bouchez est remarquable, voire magistrale, quand elle craque devant l’assistante social.

    Ce film est pour moi une pépite.
    Du cinéma français que j’aimerais voir plus souvent.

    Je vous le recommande vivement et ayez un petit mouchoir pas loin.



  • J’ai vu moi aussi les actrices dans Quotidien, et depuis j’ai super envie de le voir.
    Mais je sens que je vais pleurer comme une connasse tout du long alors j’arrive pas à me lancer :cryyy:



  • @ptitbordel Pleurer fait du bien, vas-y lance toi, c’est une belle histoire.