Les entreprises pharmaceutiques émettent plus de CO2 que le secteur automobile


  • Admin

    Le secteur du médicament génère 52 millions de tonnes de CO2 par an, selon une nouvelle étude, soit l’équivalent d’un pays comme la Suisse ou le Danemark. Les grandes entreprises du secteur pharmaceutique sont ainsi bien moins vertueuses que celles d’autres activités pesant pourtant plus lourd dans l’économie. Certaines sont cependant bien meilleures élèves que d’autres.

    De nombreuses études se sont focalisées sur l’empreinte carbone de l’alimentation, du transport, du bâtiment, de l’énergie ou des nouvelles technologies. Mais bien peu se sont jusqu’ici penchées sur le secteur pharmaceutique. Et pour cause : alors que le marché du médicament compte plus de 200 acteurs, seulement 15 entreprises ont publié leurs émissions de CO2 depuis 2012.

    Lotfi Belkhir, professeur à l’université de McMaster au Canada, a quand même essayé de relever le défi dans une étude publiée dans la revue Journal of Cleaner Production le 20 mars dernier. L’échantillon des 15 entreprises n’étant évidemment pas représentatif puisqu’il s’agit principalement des plus grosses sociétés, le chercheur a d’abord calculé un indice d’intensité carbone mesurant les émissions de CO2 par million de dollars de revenu généré pour l’année 2015. On aboutit à 48,55 tonnes équivalent CO2 (eCO2) par million de dollars (M$), soit 55 % de plus que pour l’industrie automobile (31,4 tonnes). En extrapolant à tout le marché pharmaceutique, les émissions totales s’élèvent à 52 millions de tonnes eCO2, comparé à 46,4 millions pour l’automobile sur la même année. « Alors qu’elle pèse 28 % de moins dans l’économie, la pharmacie est 13 % plus polluante que l’automobile », met en avant Lotfi Belkhir.

    Les entreprises du médicament sont 13 % plus polluantes que les constructeurs automobiles alors qu’elles pèsent 28 % de moins dans l’économie. © jpgon, Fotolia

    Laboratoires pharmaceutiques : les bons et les mauvais élèves

    Difficile cependant de mettre tous les acteurs dans le même panier. Cette triste statistique cache en effet d’énormes disparités. Avec 77,3 tonnes eCO2/M$, le laboratoire américain Eli Lilly est ainsi 5,5 plus polluant que le Suisse Roche (14 tonnes eCO2/M$). De même, Procter & Gamble émet cinq fois plus de CO2 que son concurrent Johnson & Johnson, qui pèse pourtant le même chiffre d’affaires et possède une gamme de produits similaires.

    « Pour se conformer aux limites fixées par les accords de Paris (+1,5 °C par rapport au niveau pré-industriel), il faudrait que les acteurs du secteur baissent leurs émissions de 59 % d’ici 2025 », fait valoir Lotfi Belkhir. Rien d’impossible, puisque Roche a par exemple augmenté ses revenus de 27,2 % entre 2012 et 2015 tout en réduisant ses émissions de 18,7 %. Le laboratoire américain Amgen remplit lui aussi déjà les objectifs.

    Seules trois entreprises (Amgen, Johnson & Johnson et Roche) remplissent déjà leurs objectifs d’émissions carbone pour 2015. (Intensité carbone en Mt eCO2/M$). © Lotfi Belkhir, Journal of Cleaner Production, 2019

    Mais pourquoi ces entreprises sont-elles aussi polluantes ? « Bonne question », note Lotfi Belkhir que nous avons interrogé sur ce point. « Malheureusement les sociétés entretiennent une grande opacité sur leurs émissions et même celles qui publient un rapport annuel environnemental ne donnent aucun détail », regrette le chercheur.

    […]

    Article complet : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/gaz-effet-serre-entreprises-pharmaceutiques-emettent-plus-co2-secteur-automobile-76257/#xtor=RSS-8