Tout le mois d’août → Pluie d’étoiles filantes : les Perséïdes ☄
27 août → Shenmue 3 🎮
27 août → Control🎮

Interdire le smartphone au nom de l'écologie: pourquoi est-ce un tabou ?


  • Admin

    Certaines technologies sont nocives pour l’environnement, et ne seront jamais “écolo” ou décarbonées. Pourtant, pourriez-vous imaginer une restriction de la vente de smartphones? Évoquer des mesures coercitives au nom de la préservation de l’environnement semble être un tabou. Pourquoi ? Crédits Photo: Cindy Shebley

    En 2017, Greenpeace a publié un rapport qui dévoile le bilan écologique désastreux de la première décennie de commercialisation du smartphone. “Dévoreurs d’énergie”, leur production planétaire équivaut à celle que consomme annuellement l’Inde. Basée à 67% sur la combustion du charbon, la fabrication des composants du smartphone requiert 52 substances parmi lesquelles se trouve une part de métaux rares. En 10 ans, ce sont près de 7.1 milliards de smartphones qui ont été produits. Pour autant, leur demande ne fléchit pas, puisque, selon une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et de l’ONG France Nature Environnement (FNE), les Français le remplacent en moyenne tous les deux ans.

    Comment freiner cette frénésie ? Les solutions que propose Greenpeace font figure de pis-aller : l’ONG encourage les consommateurs à recycler, bien que que seuls 20% des matériaux du smartphone puissent aujourd’hui être récupérés. Le même rapport invite les fabricants à faire durer leurs appareil en luttant contre l’obsolescence, à l’image du Fairphone commercialisé depuis 2013.

    Le discours de Greenpeace est emblématique de la réponse collective face aux impacts écologiques des technologies ou pratiques anti-écolos. Il révèle surtout un angle mort du débat, une proposition qui n’est jamais avancée : l’interdiction. En l’occurrence : la restriction de la surconsommation de smartphones – voire en interdire la vente tout court.

    Cette pudeur face à la coercition est récurrente dans les discussions qui touchent les biens à forte valeur symbolique de la société moderne tels que l’avion, alors que de plus en plus de rapports les présentent comme insoutenables ou incompatibles avec la préservation de l’environnement. Comment expliquer cette omerta?
    Je consomme donc je suis

    Pour Philippe Moati, économiste, co-président de l’Obsoco et auteur de Notre société malade de l’hyperconsommation (2016), interdire le smartphone serait tellement radical que cela “pourrait même mener à une révolution”. Notre “addiction” au smartphone serait “une caricature d’un modèle de la société d’hyperconsommation actuelle”.

    Graffiti “Shop Unitll you Drop” de Banksy, Londres, 2011

    Si la société de consommation, qui naît avec les Trente Glorieuses, répond à une économie qui se relance continuellement par la demande, l’économiste avance que nous serions dorénavant dans une forme d’hyperconsommation. Un tournant qui a lieu dans les années 80, lorsque “notre consommation est passée de l’essentiel au superflu et du besoin au désir créé par la publicité”. Le prix des produits n’intégrant pas le coût des dégâts environnementaux, “le consommateur se déresponsabilise de son achat”, explique-t-il.

    La question est cependant épineuse. Cécile Desaunay, directrice d’études à Futuribles, spécialiste des questions de consommation et de modes de vie, constate à partir d’un rapport de l’Insee que la consommation stagne depuis 2014 : “la société de consommation s’essouffle mécaniquement, dans une société déjà suréquipée et vieillissante. Par ailleurs, la logique du toujours plus suscite des désillusions croissantes liées à ses conséquences négatives (sur l’environnement, la santé, les finances…).”

    De plus, “pour contraindre il faut proposer une alternative” avance la spécialiste. Philippe Moati rejoint cette affirmation, soutenant qu’au-delà d’un modèle économique, “la consommation est devenue le sens de notre société et de notre identité individuelle : la publicité, nos pairs, il y a une pression sociale qui nous pousse à consommer pour créer un sentiment d’appartenance”. La consommation viendrait alors “combler un vide”, qu’occupait autrefois la religion, par exemple, et “qui devra être comblé autrement.”

    C’est justement pour ne pas heurter le consommateur que des stratégies plus douces que la prohibition sont avancées comme le “nudge”, donner “un coup de pouce” en français. Cette théorie, popularisée par l’économiste Richard H. Thaler et le juriste Cass R. Sunstein, cherche à influencer en douceur le comportement des individus en jouant sur leurs biais cognitifs.

    Par exemple, Mickaël Dupré, docteur en psychologie sociale de l’environnement, a mené une expérience de nudge vert en 2018 dans des blocs sanitaires dans une galerie commerciale. Sur le côté extérieur de la porte d’entrée d’un bloc sanitaire, il a affiché le message : « 93 % des personnes se disent sensibles à l’environnement, et vous ? ». Sur la face intérieure de la porte, il affiché le message : « Alors pourquoi laissez-vous allumée la lumière derrière vous ? ». Au total, 47 % des usagers ont éteint la lumière alors qu’auparavant seuls 2,5% le faisaient.
    Si Mickaël Dupré applique cette technique très en vogue à l’écologie avec succès, il concède tout de même que “le nudge ne fait pas des miracles, et que pour changer définitivement les comportements, il faut du temps”. En dépit de l’insuffisance du “nudge”, le chercheur se refuse à imaginer des mesures coercitives : “l’interdiction est juste inconcevable et trop radicale: on ne peut pas toucher aux libertés".

    De la liberté de consommer

    […]

    Article complet : http://www.socialter.fr/fr/module/99999672/806/interdire_le_smartphone_au_nom_de_lcologie_pourquoi_est_ce_un_tabou_



  • Dans ce cas là autant virer les mails qui sont autant énergivores qu’une ampoule qui reste allumée toute la journée…



  • @Jackasse a dit dans Interdire le smartphone au nom de l'écologie: pourquoi est-ce un tabou ? :

    Dans ce cas là autant virer les mails qui sont autant énergivores qu’une ampoule qui reste allumée toute la journée…

    Ouai faut supprimer ses mails, c’est un vrai problème ça



  • AH merde dsl jme suis gourré de topic :lecid:


  • Admin

    :ahah:



  • :sleep: C’te mongolienne, j’te jure.



  • Bah c’est de la faute à ce que je regarde pas la mienne 😠



  • @Jackasse

    J’ai suivi ton errance, j’ai mal au bide :lol:



  • @Cersei Je pense supprimer mon compte et m’exiler à l’étranger 😢



  • @Jackasse

    Fais pas ça malheureuse, regarde moi je me suis transformée en personnage de Game of thrones 😨



  • @Cersei a dit dans Interdire le smartphone au nom de l'écologie: pourquoi est-ce un tabou ? :

    @Jackasse

    J’ai suivi ton errance, j’ai mal au bide :lol:

    J’ai lavé son honneur en renvoyant les posts au bon endroit :lol:



  • @Maléfique

    Bien vu ! pas de shame on her :huuu:

    Je vais bouffer du bicarbonate entre ça et les parodies de Koh Lanta, je suis mourrue 🤣



  • @Cersei a dit dans Interdire le smartphone au nom de l'écologie: pourquoi est-ce un tabou ? :

    @Maléfique

    Bien vu ! pas de shame on her :huuu:

    Je vais bouffer du bicarbonate entre ça et les parodies de Koh Lanta, je suis mourrue 🤣

    En plus c’taveu, commenter les Anges à la vue de tout le monde, en mode coming-out :lol:



  • @Maléfique a dit dans Interdire le smartphone au nom de l'écologie: pourquoi est-ce un tabou ? :

    @Cersei a dit dans Interdire le smartphone au nom de l'écologie: pourquoi est-ce un tabou ? :

    @Jackasse

    J’ai suivi ton errance, j’ai mal au bide :lol:

    J’ai lavé son honneur en renvoyant les posts au bon endroit :lol:

    Merci :yes:



  • @Maléfique Enfin si vous continuez de commenter dans ce topic la balayette n’aura servi à rien hein :blase:



  • @Jackasse J’essaye de calmer le fou rire de @Cersei !



  • @Maléfique

    JPP il manque plus que l’Eurovision et mes abdos seront parfaits :hihi:



  • C’est une idée à creuser.

    Une régulation du marché des smartphone serait extrêmement simple à réaliser vu qu’il faut passer par le biais d’un opérateur désigné par l’état pour l’utiliser.

    Du coup on pourrait imaginer un système ou si tu active ta carte sim sur un smartphone, tu es lié à ce smartphone pendant disons 5 ans et c’est pas la peine d’essayer d’en avoir un autre ça marchera pas. Le truc se transmettrait d’opérateur en opérateur, impossible de gruger, t’as activé un Galaxy S7 en 2019 t’es lié avec jusqu’en 2024 et tu fais avec.

    En cas de panne ou perte du smartphone, on peut alors déroger à la règle et autoriser le changement.

    Si on fait ça déja on pourrait s’éviter les débiles qui changent d’iphone à chaque modèle.



  • C’est un paradoxe global et une schizophrénie en plus d’être un gros taboo, car qui accepterait de se séparer de son smartphone dans le pire des cas addictifs, ce qui reviendrait à séparer un enfant de sa tétine, de son nounours en peluche ou de sa tototte (un simple coin de torchon sucé-mâché qui rassure).

    D’un côté on incite le pueblo à faire des éconocroques pour la transition écolo, et d’un autre on le pousse à s’équiper toujours plus en matos pilleur de ressources pour rester dans la « course ». Où est la cohérence ?

    P.S. : Je n’ai pas de smartphone, je résiste autant que possible ce qui ne me rend pas pour autant un exclu techno ou un déphasé social et environnemental, au contraire . Il existe d’autres valeurs #rillettes_bordeaux _chesnel