Il est bien Hugo Viel de Climates. Je rejoins tout à fait ses analyses, les mêmes quand j’avais à son âge mais je me sentais bien isolé. Souvenir d’exposés au lycée sur le thème de la pollution et autres considérations naturelles qui me préoccupaient (moqueries de mes camarades, les utopies c’est nul, ça sert à rien OSEF, Ah ah…). Ravi qu’une partie de la jeune génération prenne aujourd’hui le problème à bras le corps, tirent le signal d’alarme et bousculent enfin les lignes en interpelant les “pouvoirs”.