Mais ouais, pour la survie de l’espèce : CESSEZ TOUS DE PROCRÉER AUTANT !